LES ORIGINES

DU POTTOK

Très probablement issu des chevaux préhistoriques du Sud-Ouest de l’Europe dessinés sur les parois des Grottes de Lascaux, Isturitz, Altamira à la fin de la dernière glaciation et dont les ossements ont été datés au carbone 14 puis confirmés par le Professeur Altuna de San Sebastian, le Pottok Primitif ne correspond pas à une race de poneys sélectionnée par l’homme, mais à une population résiduelle de petits chevaux qui a réussi à survivre jusqu’à nos jours.

Il y a 12.000 ans quand commence l’Holocène, la pluie a progressivement remplacé le froid et les forêts ont recouvert la majorité de l’Eurasie, provoquant des mutations importantes parmi les populations de chevaux préhistoriques des steppes de type Prjevalski, pour aboutir au Tarpan des Forêts, au poney de Dülmen, puis aux poneys sauvages à la robe sombre comme le Pottok Primitif appelé Poni Vasco Pottoka, à l’Asturcon, au Garrano, à l’Exmoor anglais et au Gotland Suédois.
La couleur sombre absorbant les photons, ces chevaux sèchent plus rapidement dans un environnement humide et sombre de forêts tout en restant mieux camouflés des grands prédateurs comme les ours et les loups, qui distinguent mieux les contrastes que les couleurs.
Il s’agit d’une souche sauvage ancestrale qui s’est maintenue intacte car repoussées sur les landes et montagnes les plus pauvres par les hommes, les bonnes terres des vallées étant défrichées et réservées à l’élevage des animaux domestiques. Capturé et domestiqué pour être utilisé au Pays Basque Sud principalement, on retrouve de nombreuses iconographies anciennes permettant d’identifier le Pottok Primitif ou Poni Vasco Pottoka avec précision.
L’originalité exceptionnelle de ces petits chevaux sauvages primitifs est attestée par la continuité de leurs caractéristiques homogènes de robe unie brune ou noire et de leur morphologie stable et identique dans le temps. Leur comportement ainsi que leur résistance aux parasites dans un biotope pauvre de landes et montagnes sauvages, font du Pottok primitif un acteur primordial de la faune basque, au même titre que les Betizoak et les vautours fauves.